Hong Kong, capitale mondiale des dim sum

A Hong Kong, on estime que chaque jour, les Hongkongais consomment en moyenne six dim sum. Soit tout de même quinze milliards de petites bouchées par an dans cette ex-colonie britannique qui compte sept millions d’habitants…



Dim sum comme à Hong Kong
Dim sum comme à Hong Kong
Dim sum, derrière ce nom tout en rondeur, se cachent de délicieuses petites bouchées cantonaises cuites à la vapeur, poêlées, frites ou cuites au four qui peuvent être consommées, en principe, dès l’aube.

Et, autant dans les restaurants de rue que dans les établissements étoilés du guide Michelin, comme par exemple le Nanhai n°1 à Tsim Sha Tsui.

En chinois dim sum signifie « toucher le cœur ». Et compte tenu du succès rencontré par cette délicieuse spécialité cantonaise un peu partout dans le monde, il semblerait que ce plat ait effectivement « touché le cœur » d’une bonne partie de la planète. De Paris à San Francisco en passant par Londres ou Barcelone.

A l’origine, ces bouchées présentées dans des paniers de bambou (pour les vapeurs) seraient apparues dans les maisons traditionnelles chinoises qui se trouvaient sur la Route de la soie. Elles étaient servies dès potron-minet dans les maisons de thé (en chinois « cha lau »).

Le plus connu des dim sum est incontestablement le har gau (à base de crevettes), mais vous en trouverez également garnis de poulet saté, de tripes de bœuf, de porc, de riz, de légumes (céleri, champignons noirs, pomme de terre, brocoli, pousses de soja, etc.), de gingembre, de coriandre, etc.

Le dim sum peut être servi salé ou sucré -en guise de dessert- sous plusieurs formes : ravioli, brioche ou croissant. Par exemple, la fameuse petite tartelette aux œufs (d’inspiration portugaise) que l’on peut trouver à Macao ou Hong Kong fait également partie des dim sum.

Dernière petite précision, c’est souvent le gras de porc qui donne du goût au dim sum. C’est la raison pour laquelle ces petites bouchées étaient consommées dans les maisons de thé ; cette boisson facilitant la digestion…

A lire sur le sujet le livre de cuisine de Mikael Petrossian : « Dim sum comme à Hong Kong », édité chez Marabout. Recettes salées et sucrées par le chef du Yoom. « Le » restaurant parisien qui sert « le » vrai dim sum et nous livre la recette facile, à faire à la maison. Les fondateurs ont travaillé avec des chefs chinois jusqu'à parfaire leur recette. Léger et très parfumé, à picorer avec convivialité.

Vendredi 10 Août 2012
Lu 893 fois

Hong Kong Pratique | Hong Kong : Les 10 Incontournables | Hong Kong : Hôtels | Hong Kong : Restos | Hong Kong : Culture | Hong Kong : côté shopping | Hong Kong : côté nuit | Hong Kong : news | Hong Kong : reportages | Lexique | Hong Kong : en bref


Inscription à la newsletter